Chidoukh

CHIDOUKHIMS

 

Le mot chidoukh vient de l´araméen, selon la littérature rabbinique cela signifie : négocier, arranger.

Ce mot se trouve dans le traité “Chabath” 150a et dans le Midrach Rabba à propos du livre d’Esther au chapitre 2. Par extension, en hébreu moderne, il s’applique uniquement à l’arrangement d’un mariage, plus exactement, à mettre en rapport une jeune fille et un jeune homme en vue d’un mariage. Le “chadkhan” est par conséquent un marieur, au féminin “chadkhanith”.

Le verbe “chadèkh” signifie aussi : trouver la sérénité, le calme. Autrement dit, le chadkhan est celui qui conduit un jeune homme et une jeune fille vers une vie de tranquillité, une vie d’équilibre et de bonheur. Cependant, cette signification était – pour les juifs d’Europe centrale – purement théorique. Ils avaient, quant à eux, leur explication qui dérivait de la réalité quotidienne.

Le travail de chadkranim a souvent été mésestimé et meme raillé, car le chadkhan était considéré commune une personne avide d´argent. En effet, chez les juifs d´Europe centrale le mot chadkhan était l´acronyme de l´expression   : “chéqèredovèrekéssef notène” ; cela se traduit par : “le mensonge il parle, l’argent il réclame”. Ceci est significatif de l’estime dans lequel on tenait les chadkhanim.

Le travail des chadkhanim a fourni à la littérature hébraïque de nombreux sujets de plaisanterie. Mais les chadkhanim savent très bien que le Talmud dit : “Le ziwoug (la formation du couple) est l’œuvre de D-ieu” et qu’ils ne sont que des missionnaires du Créateur du monde. Pour un chadkhan, former un couple c’est accomplir la Volonté divine qui a proclamé : “Quarante jours avant la formation du fœtus une voix du ciel proclame : telle fille est destinée à tel garçon et tel garçon épousera telle fille”. Autant dire que le chadkhan est conscient qu’il accomplit la Volonté divine.

 

Par ailleurs, le mariage est comparé à une tente. Le Talmud (Yevamot 62B) nous enseigne qu’il est nécessaire que l’homme soit marié pour que sa vie soit dotée de ces quatre composantes essentielles : un véritable foyer, une influence morale protectrice et inspiratrice, une joie authentique et la sagesse.

Mais si nous voulons comprendre l´importance du mariage, il faut remonter aux premières fois ou sont mentionnés les mots homme, femme et le mariage dans la torah. Nous sommes remontés au début de la parachah Berechit et avons noté que :

Premièrement, l´homme est mentionné dans le chapitre 1 verset 26 en ces termes :

1,26

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים נַעֲשֶׂה אָדָם בְּצַלְמֵנוּ כִּדְמוּתֵנוּ וְיִרְדּוּ בִדְגַת הַיָּם וּבְעוֹף הַשָּׁמַיִם וּבַבְּהֵמָה וּבְכָל הָאָרֶץ וּבְכָל הָרֶמֶשׂ הָרֹמֵשׂ עַל הָאָרֶץ.

 

 

Dans ce verset, D-ieu dit : « Faisons l’Homme à notre image, à notre ressemblance, et qu´il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail ; enfin sur toute la terre, et sur tous les êtres qui se meuvent.

Dans ses commentaires, Rachi développent 3 points essentiels qui donnent des indications quant au comportement de l´Homme dans tous projets.

Il doit faire preuve d´humilité.

Ne pas oublier qu´il a été créé de la main d´Hachem selon Son modèle.

Qu´il doit régner sur le monde animal et végétal et non pas se laisser dominer par eux.

Ainsi un homme dans son projet de recherche de son zivoug doit d’abord faire preuve d´humilité, respecter sa personne, être présentable en se disant qu´il va rencontrer son futur zivoug, une « bat melekh » tout comme s´il allait rencontrer la Reine d´Angleterre par exemple c´est une marque de respect.

 

Enfin que dans son choix de recherche, il ait des intentions qui ne nourrissent pas son côté animal afin que leur union soit pleine de kedouchah.

 

Quant à la femme il est écrit dans le chapitre 2 verset 18 :

 

2,18

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֱלֹהִים לֹא טוֹב הֱיוֹת הָאָדָםלְבַדּוֹ אֶעֱשֶׂה לּוֹ עֵזֶר כְּנֶגְדּוֹ.

 

Ce qui signifie, l´Éternel-Dieu dit : « Il n´est pas bon que l´homme soit isole, je lui ferai une aide qui lui convienne.

Pour Rachi, pour que l´on ne dise pas qu´ il y a 2 autorités, une céleste, le tout-puissant et une terrestre, l´homme. Si l´homme le mérite, la femme sera une aide pour lui, s´il ne le mérite pas, elle sera face à lui comme adversaire pour l´aider à revenir sur sa mission de vie.

Par ailleurs, la femme est issue du corps de l’homme des os de ses os et de la chair de sa chair comme il écrit ainsi :

2,22

וַיִּבֶן יְהוָה אֱלֹהִים אֶת הַצֵּלָע אֲשֶׁר לָקַח מִן הָאָדָםלְאִשָּׁהוַיְבִאֶהָ אֶל הָאָדָם.

Selon Rachi, la femme est une véritable édification, large a la base pour recevoir l´enfant et mince au sommet. Elle est à l´image d´un grenier à blé, large vers le bas, étroit au sommet pour que la charge ne pèse pas trop sur les parois.

 

Au verset suivant, la Torah nous dit :

 

2,23

וַיֹּאמֶר הָאָדָם זֹאת הַפַּעַם עֶצֶם מֵעֲצָמַי וּבָשָׂר מִבְּשָׂרִי לְזֹאת יִקָּרֵא אִשָּׁהכִּי מֵאִישׁלֻקְחָה זֹּאת.

 

Pour Rachi, cet être ainsi formé, s’appellera ICHAHpour dire qu’elle est issue de l’homme contrairement à l´homme qui est issu de la terre.

La racine de ICH et ICHAH est ECH le feu qui est un des 4 éléments qui constituent l´être humain. Il symbolise le feu divin qui anime chaque créature humaine, auquel on a rajouté un Youd pour l´homme et un Hai pour la femme, qui sont les premières lettres du Tétragramme, nom de Hachem , si à l´intérieur du couple, il ne réside pas la présence divine, dans ICH et ICHAH alors  les préoccupations d´un futur zivoug ne seront que matérielles.
Le monde spirituel  doit être pris en considération au risque que ICH et ICHAH ne se transforment en ECH, un feu dévastateur.

 

Voici quelques conseils pour se préparer à un chidoukh :

 

Demander à Hachem de vous aider a rencontrer la bonne personne et de vous permettre que vos lèvres prononcent les bons mots.

 

Grace à la prière le jeune homme arrivera avec un esprit serein et reposé, il est conseillé, aussi de se reposer, avant toute rencontre. Le jeune homme doit se sentir bien, être décontracté, disponible et communicatif, mais pas trop accaparant. Sa tenue doit être soignée sans être trop apprêtée.

 

La sincérité et l´authenticité sont les maitre-mots lors de la première rencontre qui doit être suivie d´une deuxième rencontre car il est impossible de se faire une idée lors d´une première rencontre car tout n´y est pas dévoilé.

 

Le garçon doit montrer à la jeune fille qu´il n´est pas près de ses sous car les femmes aiment se sentir en sécurité.  Après les 2 premières rencontres si cela est une réussite il est conseille de faire preuve de discrétion même envers nos proches.

 

Il faut faire preuve d´une grande emounah dans ce domaine car seul Hachem fera tout pour faire rencontrer les vrais ziwoug quelqu ´en soient les chemins pris. Lui, seul sait ce qui est bon pour nous.

Laissez un commentaire


CONNECTEZ-VOUS À VOTRE COMPTE CRÉER UN NOUVEAU COMPTE

 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
OUBLIEZ VOS DÉTAILS?
×

Monter

Aller à la barre d’outils